La discussion sur Hadopi ne fait que commencer

13 mars 2009

La discussion sur Hadopi a mis longtemps à se construire, à quitter les voies trop techniques ou trop spécialisées.

Elle est maintenant en place.

Elle ne cesse de s’étendre, de s’enrichir, de se préciser. Elle couvre de plus en plus précisément les terrains techniques, juridiques, économiques,… Elle rassemble la quasi-totalité des points de vue au travers desquels le projet de loi peut s’appréhender.

Cette mobilisation doit s’étendre.  Il faudra que la discussion surmonte le barrage naturel des anciens médias pour toucher en profondeur les citoyens et avoir de véritables effets politiques.

Certains pourront croire que le calendrier du vote emportera la décision, que d’ici au 31 mars, la majorité législative aura tranché : ce serait une erreur.

En dépit des apparences, le vote formel d’une loi ne tranche jamais de lui-même le sort d’une collectivité. Après les votes viennent les décrets d’application, après les décrets viennent les jugements sur des cas concrets, après ces jugements peuvent venir de nouvelles lois, de nouveaux gouvernements, de nouvelles majorités. A chacune de ces étapes, les forces en présence gagnent ou perdent du terrain.

A moyen terme, ce sont les arguments les plus puissants et les mieux diffusés, ceux qui sont capables de cristalliser l’opinion, qui finissent par l’emporter.

A condition de faire ce qu’ils savent le mieux faire, à condition d’étendre, d’expliquer, de débattre, de préciser, à condition donc de mener la discussion, les internautes ont aujourd’hui le temps et les moyens de transformer l’équilibre politique actuel et d’arrêter Hadopi. Qui sait ? Ils ont peut-être même les moyens de faire évoluer la législation dans la direction que le bon sens et les soucis de l’avenir devraient naturellement imposer?

La discussion sur Hadopi ne fait que commencer.

Équipe Hadopi

Edit juin 2009 : quelques mois après, force est de constater que la discussion est allée bien au delà de ce que ce papier anticipait… Pour en revivre les grandes étapes, on peut suivre la carte que j’ai construite au fil de l’eau sur le sujet.

Pearltrees est ouvert!

6 mars 2009

L’alpha publique de pearltrees est en ligne, stabilisée, ouverte.

Ce n’est bien sur qu’un premier pas vers la vaste communauté d’éditeurs du Web que j’appelais de mes vœux dans le précédent billet. Mais c’est un pas véritable, je crois.

Plusieurs centaines d’éditeurs bâtissent en ce moment leur propre Web. Ce Web peut-être drôle ou sérieux, profond ou léger, il peut-être roboratif, contemplatif ou d’actualité. Il ressemble à ceux qui le construisent, à leurs goûts, à leurs richesses, surtout à leur étonnante variété.

Je reviendrai souvent sur cette carte humaine en train de se construire, sur son sens et peut-être sur son rôle dans le développement du Web. Mais puisque pearltrees est ouvert, qu’il est là, maintenant, tout prêt à être utilisé, c’est de son utilisation dont je voudrais d’abord parler.

A quoi pearltrees sert-il en général?

La question se discute en ce moment dans de forts bons billets et continuera je l’espère très longtemps à se discuter. Pearltrees est un projet collectif et un média social : ce sont ses utilisateurs, les premiers, qui en inventeront les usages les plus intéressants.

A quoi pearltrees pourrait-il vous servir, à vous, aujourd’hui, en particulier?

1-     A organiser la carte de votre Web. Enregistrez, déplacez, éditez, retrouvez les contenus intéressants que vous croisez lors de vos navigations quotidiennes. A conditions que vous vous en occupiez, c’est-à-dire que vous les éditiez vous-même, les cartes permettent de disposer de bien plus de contenus, de manière bien plus puissante et naturelle que les favoris. C’est que le format cartographique est plus adaptée à l’organisation de donnée que la liste, même taggée. Dans une ville, on se repère à l’aide d’un plan, non d’un annuaire, fut-il très bien fait !

2-     A guider vos amis ou vos lecteurs. Faire découvrir des parties du Web que vous seul connaissez ? Préparer un voyage en Italie ? Relater un débat de blog à blog ? Relater l’évolution d’une loi et des mouvements qu’elle suscite sur le Web (qui a dit Hadopi ?) ? Donner un nouvel ordre de lecture et donc construire un nouveau sens au contenu que vous-même ou d’autres ont déjà créé. Voila précisément ce que signifie éditer !

3-     A vous laisser guider. En lisant les cartes que d’autres ont créé pour vous, en suivant les intersections entre vos cartes et d’autres cartes, en vous laissant entrainer de centres d’intérêts en centres d’intérêts par ce que certains appellent joliment la sérendipité, vous découvrirez peut être un autre Web: un Web édité, organisé par des humains pour des humains…

… un Web auquel je ne peux que vous inviter à contribuer!

First steps, par l’équipe Pearltrees

La communauté participative des éditeurs du Web

23 février 2009

Vous l’avez certainement compris d’un précédent billet. Pearltrees veut développer ce chainon manquant de la démocratisation du Web, l’édition du Web par ses utilisateurs. Pour être plus précis: Pearltrees veut bâtir la communauté participative des éditeurs du Web.

Pourquoi une communauté ? Parce que la masse de contenus disponible sur le Web dépasse les capacités d’édition de n’importe quel individu ou groupe d’individu.

Pourquoi participative ? Parce que le Web permet de composer des points de vues, pas seulement de les agréger, parce que l’agrégation d’éditions réduit le sens de chaque édition, parce qu’enfin c’est la participation de chacun à une œuvre collective qui lui donne sa dimension démocratique.

Mais enfin, dans ce cas, pourquoi un projet spécifique ? Les différentes plateformes existantes ne permettent-elles pas toute un peu d’éditer ? Et pourquoi vouloir unifier par un seul projet ce qui vaut précisément par sa diversité ?

Voici véritablement la clé du sujet.

Toutes les œuvres collectives du Web s’appuient sur deux éléments à la fois contradictoires et indissociables : d’une part, la liberté et l’irréductible diversité de leurs contributeurs, d’autre part l’unité du média au sein duquel ils s’expriment.

C’est de la complémentarité des wikipédiens que nait Wikipédia, mais aussi de l’unité de leur support. C’est de la variété des vidéos que Dailymotion et Youtube trouvent leur intérêt, mais aussi de l’existence de formats vidéo universellement partagés. C’est l’extrême diversité des blogueurs qui fait vivre la blogosphère, mais surtout les formats techniques et les règles de discussions communément acceptés.

Ce n’est pas l’envie d’éditer qui manque sur le Web. Nous avons tous croisés ces billets composés de liens vers d’autres billets, ces twitters dont la principale activité consiste à re-twitter, ces plateformes Web centrées sur le partage de liens sélectionnés. Tous expriment le besoin et l’envie d’éditer le Web. Tous ceux qui les ont lus ont ressenti le plaisir et l’intérêt de se laisser guider au sein de contenus édités.

L’absence d’une communauté ouverte et participative d’éditeurs du Web ne provient donc ni du manque de désir ni du manque de besoin: elle provient de l’absence d’un format commun.

L’ambition de pearltrees est de créer ce format commun : un mode d’édition simple et universel, un lieu ou les éditions pourront se combiner, une manière de parcourir l’ensemble des éditions dans leur diversité et leur unité.

Pearltrees veut bâtir la plateforme et les outils qui permettent à la communauté des éditeurs du Web de se développer. C’est d’ailleurs de ce format, de ces outils, de la manière de les utiliser, c’est à dire enfin de la nature de pearltrees…

…dont il me faudra bientôt parler

Le blog de pearltrees est ouvert!

18 février 2009

Je suis heureux d’annoncer un nouveau venu dans la blogosphère.

Un nouveau venu particulier, car déjà bien loin d’être un nouveau né. Le blog de Pearltrees vit, croit, se développe dans l’ombre depuis plus d’un an. Il fut d’ailleurs créé quelques jours à peine après la naissance du projet, caché dans un cocon à mots clés, lieu d’échange où les trois premiers fondateurs se demandaient ce qu’ils allaient fonder.

Il a d’abord accueilli les ébauches, les tests, les réflexions d’une équipe en train de se former. De manière inattendue, il a formalisé l’arrivée successive de l’ensemble des fondateurs. Accéder au blog marquait l’entrée dans la -très embryonnaire- communauté ; commenter signifiait qu’on y portait un intérêt ; poster qu’on allait certainement rejoindre l’équipe  - qu’on était prêt à embarquer.

Notre blog privé devint ainsi une sorte de journal intime collectif, où se consignaient naturellement les questions, les décisions, les moments clés – le lent passage de l’anglais au français – la cristallisation du design et des idées – la réalisation progressive de la plateforme. Toutes les étapes de la naissance de Pearltrees, en fait.

Lorsque nous avons trouvé nos locaux, le « lieu virtuel » a perdu son usage premier : il est devenu la place d’échange des premiers groupes de testeurs de Pearltrees : du noyau de la plateforme à l’alpha privée en train de se créer. La plateforme en construction était bien sur devenue le grand sujet.

Ce blog entre aujourd’hui dans sa troisième vie, il devient finalement un endroit ou chacun pourra fureter et commenter, ou chacun est bienvenu pour discuter des nouveautés ou suivre les péripéties de Pearltrees, ses erreurs, ses changements de pieds. Les textes sont là depuis l’origine -presque- rien n’est caché.

C’est que notre blog privé est enfin devenu un blog, en fait !

Le Web : un projet de démocratisation inachevé?

11 février 2009

Le Web constitue au fond un projet de démocratisation des médias. Avec toute leur diversité, les outils, les plateformes et les pratiques qui se sont accumulées depuis sa naissance  tendent à faire de chaque utilisateur un média plein et entier.

De fait, la phase que l’on a nommé Web 2.0 a transformé la pratique de millions d’utilisateurs. Ceux qui étaient les spectateurs de contenus réalisés par une poignée de professionnels et de passionnés sont aujourd’hui les principaux créateurs du Web. Le nombre, la diversité et la qualité des contenus offerts à tous a connu une croissance sans précédent.

Pourtant, la démocratisation de la création n’a pas entrainé la démocratisation de l’accès aux contenus. Ce sont les moteurs de recherche et les grands portails, non les internautes, qui guident et orientent la navigation des internautes. Les systèmes de vote et les sites de partage de favoris ne remédient pas à cette situation. Agrégeant les points de vue individuels plutôt que d’en tirer la spécificité, ils produisent des résultats de même nature que ceux des moteurs de recherche.

Ce déséquilibre entre création démocratique et accès centralisé aux contenus constitue une entrave bien visible :

-        En tant que spectateurs, les internautes ne trouvent pas leur chemin dans la masse énorme des contenus susceptibles de les intéresser

-        En tant que créateurs, les internautes qui veulent développer leur audience doivent s’investir dans des activités de diffusion et de référencement bien éloignées de leurs véritables intérêts

C’est peut-être la source de cette étrange sentiment qui rassemble aujourd’hui les analystes du Web. D’un coté, la production massive de contenus par les utilisateurs constitue une évolution sans égale dans l’histoire des médias, d’un autre coté, cette production semble bien peu visible, bien peu accessible au regard des efforts qu’elle suscite.

Je crois qu’il manque un maillon déterminant dans le mouvement de démocratisation du Web, un maillon permettant à chacun de devenir l’organisateur, le cartographe, en un mot l’éditeur de son Web comme de celui des autres…

…que tant que cette activité d’édition ne sera pas démocratisée, l’un de mouvement majeurs du Web restera largement inachevé.

Vers pearltrees

6 février 2009

Depuis le lancement de ce carnet, je ne cesse de traiter ce même sujet : la manière dont le web et les nouveaux médias démocratisent en profondeur nos sociétés.

Par un effet de cette démocratisation même, les discussions issues de ce carnet m’ont entrainé bien au-delà de ce que j’aurais imaginé. D’une série de textes sur la création de contenu Web par les utilisateurs ont jailli des questions sur le besoin d’édition de ces contenus. De ces questions, des idées nouvelles pour permettre à chacun d’éditer simplement le Web. En quelques mois, les idées sont devenu un projet, le projet un groupe d’amis passionnés, le groupe d’amis une startup et la startup un produit en train de se réaliser.

Pearltrees est aujourd’hui dans sa version alpha privé. Dans quelques semaines, très probablement au cours du mois de février, cette alpha sera ouverte à tous, et une nouvelle forme de communauté Web -la communauté des éditeurs du Web- tentera de s’étendre et de se développer.

C’est bien sur d’abord sur ce carnet que je discuterai d’un projet qui doit tant à ce carnet. Il sera l’un des terrains sur lesquels les premiers fruits de pearltrees trouveront un abri dévoué. Il restera surtout mon carnet personnel, un lieu de réflexion publique, en français et en anglais

Un lieu où la sortie de pearltrees me permettra -c’est promis- de retrouver le temps de bloguer!

Qu’est ce que la démocratisation médiatique?

19 décembre 2008

Joli billet de Narvic sur la mort annoncée des vieux médias, l’avènement des nouveaux et les conséquences que l’on peut en tirer. La démocratisation de la production d’actualité entraine bien la transformation du débat public, des conditions du vote, et de ce fait, de la pratique du pouvoir dans nos sociétés.

Puisque l’ébranlement du vieux monde est déjà visible et documenté, il faut maintenant dire quelles directions, quelles couleurs, quels caractères prendront ces nouveau âges médiatiques que l’on voit se dessiner. Il faut dire les nouvelles formes de la démocratie et les mouvements qui vont les porter.

Je crois que les principes démocratiques que nous connaissons ne sont pas eux-même évoluer, mais que de manière radicale, leur application va s’étendre et se généraliser.

En dépit de leurs nombreuses qualités, nos régimes démocratiques concernent paradoxalement peu de gens. Les lois sont discutées par quelques centaines d’élus, qui certes « représentent », mais qui ont fort peu de chance d’incarner l’avis d’une population dans toute sa variété. Les informations qui engendrent les lois sont elle-même construites, hiérarchisées, triées par un petit nombre de professionnels des médias, qui pensent chaque jour à leur lectorat, mais qui ont bien peu de désir de lui ressembler.

Le débat public ne mérite ce nom que par anti-phrase, tant il est clair que seules les personnalités ont les moyens de s’y faire entendre et d’y décider.

L’arrivée des nouveaux médias permet au public de participer à ce « débat public » que l’on tient en son nom. Ils ne se contentent donc pas de transformer la démocratie, ils tiennent l’une des plus vieilles et des moins crédibles des promesses de la démocratie : faire des citoyens les acteurs et non les spectateurs de leur politique.

La démocratisation médiatique n’est pas une mutation de la démocratie : elle en est la réalisation.

La loi de la majorité

24 novembre 2008

Il y a peu de lois aussi nécessaires et qui aient l’air aussi peu légitimes que la loi de la majorité.

Peu de loi aussi nécessaires car c’est simplement la seule qui permettent de trancher démocratiquement une situation aussi difficile que celle dans laquelle se trouve aujourd’hui le PS.

Peu de loi qui aient l’air aussi peu légitimes car nous sentons tous confusément que dans un monde idéal, ce n’est pas la simple arithmétique qui devrait trancher un choix important.

Le résultat d’une élection n’est jamais d’ailleurs présenté pour ce qu’il est: une addition hétéroclite de points de vues qui ont chacun un sens très distinct et presque impossible à agréger. On croit voir une vague soulever l’électorat. On croit voir une déroute chez l’adversaire. On image que « les français » ou « les niçois » ont voulu envoyer un message – et tout cela pour quelques pour-cent de plus ou de moins. On met de l’émotion et du sens là ou précisément, c’est l’arithmétique seule qui a parlé.

Oui, tout porte à croire, lorsque on a perdu, que le résultat est injuste, qu’il ne traduit pas la réalité, qu’il est bien difficile de s’y soumettre, et qu’à tout prendre, il vaudrait bien mieux revoter. Oui,  tout porte à oublier qu’un nouveau vote n’en deviendrait ni plus exact, ni plus juste, et qu’en le forçant, on aurait abaissé par avance la légitimité de son résultat.

Il n’en reste pas moins que précisément dans la difficulté, c’est la loi de la majorité qui doit très strictement s’appliquer – et qu’en démocratie, c’est précisément le devoir et l’honneur des perdants de s’y soumettre les premiers.

Les vieux médias et le mépris de la démocratie

20 novembre 2008

Le rapprochement devrait sembler sans intérêt. Le développement des journaux, de la radio et de la télévision ont historiquement coïncidé avec celui du vote. La liberté de la presse est aujourd’hui encore l’un des meilleurs indices de l’autoritarisme d’une dictature comme de la vitalité d’une démocratie.

Et pourtant… pour prendre un exemple d’actualité brulante, le traitement du Parti Socialiste par le cœur unanime des journaux, des radios et des télévisions ne lasse pas d’étonner.

-        D’actualité brulante ? Mais vous vous égarez. On voit bien que vous n’avez pas suivi grand chose depuis longtemps, mon cher Cratyle. Au parti socialiste ? Mais enfin, vous n’êtes au courant de rien. Ce sont des luttes d’ambition, des manœuvres sans aucune portée, une vieille garde conservatrice qui ne veut pas s’effacer, un spectacle pitoyable. C’est à peine de l’actualité, à l’extrême rigueur une bien triste actualité, mais « brulante », comme vous y allez ?

-        Bon, d’abord, on se tutoie sur ce blog, ensuite, mon cher commentateur, il s’agit de savoir qui dirige, comment sera dirigé et quel sera la ligne politique du principal parti d’opposition français.

-        Mais, enfin, mon vieux Cratyle, le PS est un vieux parti  croulant, sclérosé, incapable de se trouver un chef -Enfin, la preuve, ils n’ont pas pu s’entendre entre eux au congrès !

-        Comment ça, incapable de se trouver un chef, mais c’est l’objet même de l’élection qui a lieu aujourd’hui, n’est ce pas précisément ce qui est en train de se passer ?

-        Mais pas un pour s’entendre !

-        C’est quand même le principe d’une élection

-        Ils ne sont d’accord sur rien

-        C’est-à-dire qu’il n’est pas très utile de répéter ce sur quoi on est d’accord quand l’objectif est de vous départager

-        Mais, c’est qu’au fond, ils sont d’accord sur tout !

-        Ton propos devient un peu contradictoire… et je commence à me dire que tu n’aurais jamais du rentrer dans ce billet (d’ailleurs depuis quand les commentateurs des blogs rentrent-ils dans les billets ?)

-        Ce sont des querelles de personnes – et d’ailleurs, entre nous, on fait tout pour arrêter Ségolène Royale, qui est pourtant la seule à avoir un peu de personnalité !

-        C’est que dans une démocratie représentative, et à fortiori dans un parti, le choix des personnes n’est quand même pas la question la plus accessoire, et puis d’ailleurs n’étais-ce pas toi qui te plaignais le manque de chef? Et lorsqu’on cherche soi-même à devenir le chef, ne tente-t-on pas précisément d’arrêter ceux qui ont la même idée derrière la tête ?

-        Enfin il n’y a aucune ligne, aucun projet clair, rien de neuf

-        Tu as lu les motions ?

-        Non mais…

-        Ecouté les discours ?

-        Non mais…

-        Tu as remarqué que des trois candidats, chacun représentait in-fine une aile un bord du parti, qu’il y avait sa gauche, son centre, et bon an mal an son aile droite plus ou moins assumée ?

-        Oui mais…

-        « Mais » quoi, à la fin ?

-        Mais tout le monde est d’accord pour dire que c’est un spectacle pitoyable !

Spectacle pitoyable ? Si tout le monde semble d’accord pour dire ou penser que le PS donne un spectacle pitoyable, c’est que l’expression a été répétée, ressassée, assénée sans fin sur toutes les radios et dans toutes les télés, qu’à force de la faire tourner en boucle, chacun a oublié  quel était exactement le spectacle et pourquoi on le jugeait digne de pitié.

Or qu’est-ce-que le PS ? Un parti destiné à rester dans l’opposition pour encore quatre bonnes années, dont la mission première est de définir sa ligne et de choisir ses dirigeants pour proposer une alternative au pouvoir en place. Que fait-il ? Il choisit ses dirigeants. Comment le fait-il ? Par le débat, par l’opposition des personnalités et des lignes politiques, par le vote… En un mot par la démocratie. Qu’en résultera-il ? Et bien ce sont précisément ses membres qui le choisiront démocratiquement. Il existe aujourd’hui trois voies qui se distinguent aussi bien sur le fond que sur la forme, trois choix cohérents, exactement ce qu’il faut pour trancher.

-        Mais tu raconte n’importe quoi, c’est de l’angélisme, et ce parti a vraiment besoin d’air frais !

-        Je peux finir mon billet, oui ?

Cher commentateur et squatteur de billet un peu prolixe mais néanmoins très apprécié, sache d’abord que l’argument de « l’air frais » est le plus vieil argument de la politique, le plus contradictoire donc et peut-être de ce fait le plus souvent mensonger.

Sache surtout que ces arguments contre « l’opposition des personnes », « l’absence de ligne », « le manque de leadership », « les congrès ou l’on parle beaucoup et qui ne servent à rien », que tous ces arguments que tu répètes en cœur avec nos vieux médias sont précisément les arguments que ceux qui méprisent la démocratie ont toujours employé.

Que oui, la démocratie, c’est bien le conflit des personnes et des personnalités, les grandes assemblées d’où rien n’a l’air d’émerger, les alliances, les rapprochements, les « il y en a toujours un qui n’est pas d’accord », les discussions sans fin – et jusqu’à ce jour la manière dont les peuples qui ont eu le choix ont préféré gouverner.

Si ces évidences attirent encore longtemps le mépris des vieux médias, ce sera peut-être sur leurs valeurs à eux qu’il faudra s’interroger.

De la liberté de siffler

16 octobre 2008

Dans cette triste affaire des sifflets, il semble que le gouvernement ait perdu tout sens de la mesure, ou tout point de repère, ou tout sentiment démocratique, pour qu’il s’attaque ainsi à sa seule source de légitimité, c’est-à-dire à la liberté d’avoir une opinion et de l’exprimer.

Dans cette triste affaire des sifflets, Il semble aussi que les grands médias veuillent à tout prix qu’on soit français, tout en ayant largement oublié ce que cela signifiait.

Car enfin, de quoi parle-t-on? Parle-t-on du devoir d’aimer sa patrie? Parle-t-on du devoir d’être heureux? Parle-t-on du devoir de masquer ses peurs, ses révoltes, ses contradictions? Parle-t-on du devoir de se taire lorsque son opinion ne correspond ni à la majorité, ni au gouvernement, ni aux autres opinions?

Quand parlera-t-on vraiment de la démocratie? Quand rappellera-t-on que la démocratie donne à tout les citoyens le droit de s’exprimer, de s’exprimer contre la démocratie elle-même ou de s’exprimer contre ce qu’elle fait?

Quand parlera-t-on vraiment de la république? Quand dira-t-on que notre république est fille de celle de 1789, de celle qui mettait au premier rang le droit de s’opposer, de contester, de défendre ses opinions contre la force et contre la tradition?

Quand parlera-t-on vraiment de la marseillaise? Ce chant de liberté. Quand dira-t-on que la « tyrannie » qu’elle combat est précisément celle qui musèle les peuples, qui leur impose le silence, qui les force à se taire ou à clamer des louanges?

Quand parlera-t-on enfin de la France? Quand dira-t-on que c’est par le droit de dire et de parler, par le droit de construire et de contester, par le droit de critiquer la France et par le droit de l’aimer, par le droit d’y être heureux et par celui d’y être malheureux, par le droit de la faire et par le droit de la refaire, par le droit même de s’y rebeller… et par liberté de siffler

qu’on est français.