Archive pour juillet 2008

Vers la fin de l’actualité

Mardi 22 juillet 2008

La crise du journalisme est l’ébranlement d’un monopole. Le mouvement est déjà largement discuté, mais ses causes et ses effets n’ont pas fini d’ébranler notre manière de voir le monde.

C’est que le monopole était bien plus profond qu’on ne l’a souvent écrit. Ce n’était pas le seul monopole du choix, de l’ordonnancement et de l’interprétation d’information; car l’information n’existe simplement pas sans être choisie, ordonnancée et interprétée. C’était le monopole de la construction de l’information, c’est-à-dire de la construction du fait d’actualité, c’est à dire finalement la construction du concept même « d’actualité ».

Il n’existait pas « d’actualité » avant l’invention de l’imprimerie et le développement corolaire du journalisme. Chroniques princières et guerrières, gestes mythiques et héroïques, récits légendaires et religieux… une foules d’histoires et de mots mais rien qui se puisse comparer à ce concept selon lequel une partie des évènements du monde est à la fois essentielle à un moment donné et secondaire une fois qu’elle s’est déroulée.

Que l’on réfléchisse un tant soi peu au lien entre l’idée « d’actualité » et le média qui l’a rendu possible – l’exigence de fraicheur de l’information et la nécessité économique de vendre du papier; l’indépendance (toujours relative) de la presse et l’indépendance (partielle) d’un secteur d’activité financé par les lecteurs et par la publicité; les différentes règles de vérification de l’information et le rythme auquel les informations sont conçues et publiées – tout montre que l’actualité n’existerait pas sans la profession qui l’a inventée, produite, commercialisée.

Que l’on réfléchisse surtout à la nature profondément monopolistique d’un « choix d’actualité ». Dans la démocratisation médiatique en marche, qui ne porte un regard différent – son propre regard- sur ce que devrait-être l’actualité? S’il y a autant d’actualités que d’individus, qui peut se dire longtemps légitime pour parler d’actualité au singulier? S’il y a multitude d’actualités, infini pluralisme des actualités, qui peut prétendre synthétiser l’ensemble des choix possibles? Porter à lui tout seul cette masse immensément diverse et immensément changeante et se faire le porte-parole professionnel de la totalité des points de vues sur ce que sont les actualités?

En provoquant la crise du journalisme, les nouveaux médias ne remettent pas seulement en cause les pratiques d’une profession, ils démembrent et peut-être dissolvent sa matière première.

Les nouveaux médias annoncent la fin de l’actualité.

Ciao versac

Mardi 8 juillet 2008

C’est aujourd’hui le joli départ d’un blogueur important.

Joli départ car versac tire sa révérence au bon moment. L’apport singulier de versac.net et de son auteur ne réside pas tant dans sa contribution aux discussions du Web que dans la manière dont il a peu à peu structuré la blogosphère politique. La controverse du référendum, le débat présidentiel, les différentes plateformes -de Publius à Lieu Commun-, la République des Blogs enfin. Qu’on les critique ou les défende, tous ces éléments ont façonné la pratique du blog politique en France. Ils lui ont donné des points de références, ses toutes premières normes et sa toute première cohérence.

Joli départ car ces apports singuliers sont maintenant tous intégrés. Il existe une blogosphère politique ; il en existe même plusieurs. Ces petits mondes ont bénéficiés du modèle qu’offrait le premier blogueur politique à succès. Ils développent maintenant leur propre norme et leurs propres valeurs ; ils inventent de nouvelles manières de bloguer, loin de cadres que leur courte histoire a déjà eu le temps de produire et d’effacer.

Joli départ car versac, qui ne disparait que pour laisser place à Nicolas Vanbremeersch ou à une autre identité, livre une dernière petite expérience, et qui n’est pas sans intérêt. Abandonnant son avatar Web sans abandonner le Web, il s’offre le petit bonheur numérique de disparaitre tout en y restant tout entier, et la perspective jubilatoire de se bientôt réincarner.