Sentiment d’insécurité

C’est une simple visite au CRIF qui a amené le Président de la République à décider que « chaque année, à partir de la rentrée scolaire 2008, tous les enfants de CM2 devront connaître le nom et l’existence d’un enfant mort dans la Shoah » et cela car « rien n’est plus émouvant pour un enfant que l’histoire d’un enfant de son âge, qui avait les mêmes jeux, les mêmes joies et les mêmes espérances que lui« . Voir ici le discours intégral.

Quelle idée dangereuse que d’installer unilatéralement des enfants dans un tel sentiment de culpabilité!

Quelle idée baroque que de transformer les enseignants du primaire en fournisseurs d’émotion. Comme si c’était d’émotion dont les enfants de CM2 manquaient! Comme si c’était à l’école de la leur enseigner!

A s’interroger sur la cohérence de la politique menée actuellement par Nicolas Sarkozy, à constater que presque rien ne semble la canaliser, il est difficile de ne pas se sentir pris de vertige.

Qui sait dire quel sera la politique du président dans quelques semaines? Dans quelques jours? Dans quelques heures?

Qui sait dire s’il s’occupera d’une grande ou d’une petite question? D’un sujet grave ou futile? D’une loi fondatrice de la république? D’un détail administratif? D’un équilibre international? D’un fait divers municipal?

Qui sait dire, même, quel sera sa position sur le sujet? Laquelle de ses multiples droites va cette fois-ci l’inspirer? Ou peut-être s’agira-t-il d’une gauche?

Faute de cohérence, faute de persistance, les sarkozades du président sont en train de générer ce qu’il faut bien nommer… un sentiment d’insécurité.

Tags: ,

11 réponses à to “Sentiment d’insécurité”

  1. Anonyme dit :

    En tant que président de la république, c’est toute la personnalité qui est déroutante

  2. Criticus dit :

    Ajoutons que ce nouvel exercice mémoriel ne sera pas forcément de mise à favoriser la connaissance de l’histoire, comme on l’a vu pour la lettre de Guy Môquet. Quand Nicolas Sarkozy arrêtera-t-il de vouloir se mêler de tout ?

  3. cratyle dit :

    Oui. Le pire est qu’une extrême impopularité risque de le pousser à prendre des position plus étonnantes encore, et sur des sujets que je préfère ne pas essayer d’imaginer

  4. DislOck dit :

    n’importe quoi…

  5. cratyle dit :

    @DislOck: bienvenue.

  6. [...] dire que la mémoire doit s’exercer “avec raison” et non pas sous le règne de l’émotion. Encore une phrase qui ne veut rien dire : la Raison a tôt fait de réécrire l’Histoire, [...]

  7. Ce n’est pas pour jaboter, mais pour empêcher les enfants français de trop culpabiliser, il y a toujours cette phrase remède.

    Après pour ce qui est de la politique présidentielle, j’ai bien peur que l’on navigue à vue. Bigre ! Le sentiment d’insécurité m’envahirait-il déjà ? Ou me soulagera-t-on en me répondant qu’il s’agit du doute ?

  8. dinosaure dit :

    On a vraiment le sentiment qu’il ne sait plus quoi inventer pour récupérer des voix. Je me demande qui a pu bien lui souffler sa dernière trouvaille.

  9. sarkofrance dit :

    c’est un sujet grave, traité comme un gadget. En CM2, les enfants apprennent … nos ancêtres les gaulois…Ils parviendront à la Shoah en … terminale, 8 ans plus tard. il eusse mieux fallu réfléchir à une autre lecture et un autre apprentissage de l’histoire.

  10. Oppossum dit :

    Je découvre avec plaisir votre blog (ainsi que les commentaires!) maintenant .
    Je loge un petit commentaire d’arrière garde ici.

    L’idée de Sarko était très belle. Magnifique même.

    Bien sûr, la cantonner à la Shoah était un peu gênant, encore qu’il faille bien une exemplarité pour l’universel.
    Et même la Shoah , quand elle n’est pas instrumentalisée, fait souvent l’objet d’un traitement quantitatif désincarnant : une photo avec des monceaux de cadavres sans Noms.

    Donner un Nom à la victime d’un drame, c’était lui redonner une certaine humanité en passant par le singulier. Une certaine chair. Un peu d’haleine.

    Pour le reste, la méthode Sarko est épouvantable. ET le niveau et les arrière pensées des objections également.

    PS/ Et lorsque vous dites « Quelle idée dangereuse que d’installer unilatéralement des enfants dans un tel sentiment de culpabilité » … je vous rapelle que le risque aurait été vraiment mineur …
    Car il faut se lever tôt le matin et avec de bons arguments pour culpabiliser qui que ce soit dans notre société !d’aujourd’hui.

  11. cratyle dit :

    Les commentaires ne sont jamais d’arrière garde sur ce blog! Je regrette bien au contraire cet « enfouissement des contenus » par lequel un papier publié depuis longtemps parait cesser d’exister. Parfait pour l’actualité, mais clairement une limitation du format pour les autres usages des blogs.

    Tes autres remarques ont le grand mérite d’aller à contre-courant des discours habituels, et l’idée d’humaniser un drame ne me parait en effet pas inintéressante.

    A mon avis néanmoins, le point dangereux de cette affaire n’est pas tant le « sentiment de culpabilité » que le fait de « l’installer unilatéralement », c’est à dire d’instrumentaliser l’école et l’enfance à l’issue d’un réflexion aussi individuelle et aussi pressée… pour ne pas dire pire des intentions de Nicolas Sarkozy dans le contexte politique du moment.

Laisser un commentaire