Un rêve de l’internet, de la mémoire et de l’oubli

La mémoire et l’oubli sont toutes deux vertus du créateur. Creuserait-on une nouvelle avenue, si l’on savait toute les raisons de l’ancienne, combien de rues et de ruelles, combien d’histoires sérieuse, drôles, minuscules se sont attachées à elle?

Ainsi des discussions qu’y n’avancent que parce que l’idée des derniers mots commence déjà à s’effacer, mais qui se noieraient, sans la mémoire encore vivace des multiples discussions qui les ont précédées.

Ainsi donc des discussions du web et des carnets: il faudrait trouver l’équilibre entre le dynamisme de l’oubli et la fermeté de la mémoire. Tracer des chemins en liant plus souvent les billets passés aux nouveaux billets? Rassembler les commentaires dans des histoires ou des enchainements renouvelés, au fil des nouveaux billets? Si la technique le permettait, il faudrait lier et délier les billets et les commentaires de tous les auteurs à l’intérieur et à l’extérieur d’un carnet. L’internet regorge de textes apparus et disparus, qui auraient trouvé leur place au sein d’un plus large ensemble de textes, qui auraient été emboités dans de plus larges histoires, réutilisés, recyclés, afin que les discussions ne soient pas seulement des empilements successifs, mais des architectures plus vastes, plus mobiles et plus colorées.

L’internet participatif est aujourd’hui un monde d’auteurs sans presque d’éditeur, ou les papiers s’égarent et s’envolent, où les chapitres sont entassés sans soin et sans pensée. En réfléchissant à l’un ou l’autre des commentaires d’un précédent billet, aux pistes techniques nouvelles, je rêve des formes que pourrait prendre une édition participative et généralisée dans un internet réunifié.

Tags: , , , , , ,

2 réponses à to “Un rêve de l’internet, de la mémoire et de l’oubli”

  1. Très beau billet qui décrit l’une des nombreuses caractéristiques du web 3.0: la sémantique liant l’information d’hier et d’aujourd’hui.

    Une idée de service web 3.0:
    Une application web permettant d’étudier l’évolution de la pensée des foules sur un sujet précis et cela sur une échelle de temps.

    Si un tel service existait, je payerai cher pour voir l’évolution du sujet « Facebook ».

  2. tonton dit :

    Je rebondis en béotien sur la conclusion du post de NC:
    quelles connections en pratique entre les réseaux d’amis et les blogs à histoire? est-ce que ça ne correspond pas à deux activités différentes (sauf à considérer que les chats et sms participent à l’élaboration de la pense et non au simple entretien et à l’organisation des contacts sociaux)?
    Mais peut-être est-ce que c’est tout simplement par ignorance de la densité des échanges qui transitent par les sous-réseaux de facebook; pour le moment, viadeo ou linked-in ont beau créer des groupes, il ne se passe rien de cybernétiquement concret (élaboration de réflexions, etc.) au delà des simples mises en contact et organisations d’évènements spécifiques dans le ‘monde réel’…
    J’ai l’impression que ce sont deux lieux différents et non du fait de problèmes techniques potentiels (on pourrait très bien imaginer l’élaboration de textes ou produits en commun via les réseaux actuels – modulo le problème de gestion de la méoire évoqué par Cratyle) mais plus parce que les objets et les cibles sont différentes. Où l’on retrouve sans doute la question de la spécialisation des produits et leur segmentation…

    Il faudrait un post (que je n’ai pas trouvé ailleurs) sur le lien entre segmentation des ‘produits’ internet et contraintes techniques en plus des caractéristiques propres aux frontières de tout marché… on avait me semble-t-il des produits segmentés du fait des contraintes techniques, celles-ci disparaissant on a visiblement pu intégrer les produits, mais on vit un peu dans l’illusion que les frontières de marché n’existent pas et que les progrès techniques ont vocation à tout intégré. Ils se diffuseront et profiteront à tout, mais de là à ce qu’il y ait homogénéité des utilisations et des produits et portabilité des concepts… J’en sais trop peu pour avoir une opinion forgée sur le sujet…

Laisser un commentaire